R.T. 2012

Trois exigences de résultats pour respecter la RT 2012

La réglementation thermique 2012 est avant tout une réglementation d'objectifs et comporte :
* 3 exigences de résultats : besoin bioclimatique, consommation d'énergie primaire, confort en été.
* Quelques exigences de moyens, limitées au strict nécessaire, pour refléter la volonté affirmée de faire pénétrer significativement une pratique (affichage des consommations par exemple).

Les exigences de résultats imposées par la RT2012 sont de trois types :
1 - L'efficacité énergétique du bâti
L'exigence d'efficacité énergétique minimale du bâti est définie par le coefficient «Bbiomax» (besoins bioclimatiques du bâti). Cette exigence impose une limitation simultanée du besoin en énergie pour les composantes liées à la conception du bâti (chauffage, refroidissement et éclairage), imposant ainsi son optimisation indépendamment des systèmes énergétiques mis en œuvre.

Image 1


2 - La consommation énergétique du bâtiment

L'exigence de consommation conventionnelle maximale d'énergie primaire se traduit par le coefficient « Cepmax », portant sur les consommations de chauffage, de refroidissement, d'éclairage, de production d'eau chaude sanitaire et d'auxiliaires (pompes et ventilateurs). Conformément à l'article 4 de la loi Grenelle 1, la valeur du Cepmax s'élève à 50 kWh/(m².an) d'énergie primaire, modulé selon la localisation géographique, l'altitude, le type d'usage du bâtiment, la surface moyenne des logements et les émissions de gaz à effet de serre pour le bois énergie et les réseaux de chaleur les moins émetteurs de CO2. Cette exigence impose, en plus de l'optimisation du bâti exprimée par le Bbio, le recours à des équipements énergétiques performants, à haut rendement.

Image 1




3 - Le confort d'été dans les bâtiments non climatisés

A l'instar de la RT 2005, la RT 2012 définit des catégories de bâtiments dans lesquels il est possible d'assurer un bon niveau de confort en été sans avoir à recourir à un système actif de refroidissement. Pour ces bâtiments, la réglementation impose que la température la plus chaude atteinte dans les locaux, au cours d'une séquence de 5 jours très chauds d'été n'excède pas un seuil.

Image 1

Les objectifs de la RT 2012


* Consommation d’énergie primaire inférieure à 50 kWh/m²/an en moyenne ;
* Modulation de l’exigence de consommation en fonction des émissions de gaz à effet de serre des bâtiments ;
* Modulation de l’exigence de critères techniques (localisation géographique, des caractéristiques et de l’usage des bâtiments) ;
* Afin de garantir la qualité de conception énergétique du bâti, définition additionnelle d’un seuil ambitieux de besoin maximal en énergie de chauffage des bâtiments.

Les exigences de la RT 2012

Exigence d’efficacité énergétique minimale du bâti : le besoin bioclimatique ou « Bbiomax »

* Exigence de limitation simultanée du besoin en énergie pour les composantes liées au bâti (chauffage, refroidissement et éclairage) ;
* Un indicateur qui rend compte de la qualité de la conception et de l’isolation du bâtiment, indépendamment du système de chauffage. ;
* Un indicateur qui valorise la conception bioclimatique (accès à l’éclairage naturel, surfaces vitrées orientées au Sud...) et l’isolation performante ;
* Une innovation conceptuelle majeure, sans équivalent en Europe Exigence de consommation maximale : « Cmax » * Exigence de consommations maximales d’énergie primaire (objectif de valeur moyenne de 50 kWh/m²/an) ;
* 5 usages pris en compte : chauffage, production d’eau chaude sanitaire, refroidissement, éclairage, auxiliaires (ventilateurs, pompes) .

Exigence de confort en été

* Exigence sur la température intérieure atteinte au cours d’une séquencede 5 jours chauds.

En complément : quelques exigences de moyens

Pour garantir la qualité de mise en oeuvre :
* Traitement des ponts thermiques ;
* Traitement de l’étanchéité à l’air, avec test de la « porte soufflante » obligatoire dans le collectif ;
Pour garantir le confort d’habitation :
* Surface minimale de baies vitrées ;
Pour accélérer le développement des énergies renouvelables :
* Généralisation en maison individuelle ;
Pour un bon usage du bâtiment :
* Mesure ou estimation des consommations d’énergie par usage ;
* Information de l’occupant ;
Pour une qualité énergétique globale :
* Production locale d’énergie non prise en compte au-delà de l’autoconsommation (12 kWhEP/m²/an, comme aujourd’hui dans le label « BBC-Effinergie »)


Une généralisation des techniques performantes

* Conception / isolation du bâti nettement améliorée (un besoin de chauffage réduit par 2 à 3) ;
* Amélioration des performances des systèmes de chauffage de 10 à 20 %pour le chauffage par PAC, par gaz condensation et par chaudières bois ;
* Généralisation du chauffe-eau thermodynamique ou de capteurs solaires thermiques ;
* Généralisation des énergies renouvelables en maison individuelle ;
* Réduction de 30% de l’éclairage ;
* Autres avancées induites : large diffusion du triple vitrage pour les maisons chauffées par convecteur, et de la ventilation double-flux au Nord-Est de la France.
retour Dossiers